French Belarusian Bulgarian Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hindi Indonesian Italian Japanese Korean Norwegian Russian

Exposition : Carlotta Ikeda - Du Butô à la danse insensée

Du 27 janvier prochain au 26 mars se deroulera l'exposition photo "Carlotta Ikeda du Butô à la danse insensée" qui aura lieu à la Dorothy's Gallery à Paris.

Rencontre entre le Japon et la France

Toujours en quête d’ouverture sur le monde, dorothy’s gallery propose une rencontre inédite entre Laurencine Lot, photographe des monstres sacrés du théâtre français depuis les années 1970 et l’unique danseuse féminine de Butô, Carlotta Ikeda.

À travers une sélection d’une cinquantaine de photographies couleur et noir et blanc, Laurencine Lot retrace 30 ans de création de Carlotta Ikeda,danseuse japonaise, depuis sa première tournée en Europe en 1978.

«Danse des ténèbres» Corps nus sous un maquillage blanc"

Carlotta Ikeda va au-delà d’elle- même, elle danse tel un fantôme incarnant le sexe et la mort, l'effroi et l’amour, la grâce et la légèreté, l’affranchissement de toute pudeur.

Par des cadrages épurés, des lumières de scène contrastées, des plans souvent serrés, Laurencine Lot capte un univers sombre et lumineux, frappé par la puissance de l’émotion vécue sur scène : douleur, cri, joie, terreur, extase, émerveillement…

 

Laurencine Lot - Photographe

À partir des années 70, de la Comédie-Française aux petits et grands théâtres, Laurencine Lot a photographié l’essentiel de la création théâtrale à Paris et des centaines de comédiens et comédiennes, parmi lesquels Silvia Monfort, Maria Casarès, Jean-Louis Barrault, Robert Hirsch, Laurent Terzieff, Daniel Auteuil, Isabelle Carré, Juliette Binoche…

C’est à Silvia Monfort qu’elle doit sa rencontre avec Carlotta Ikeda, en 1978 lors du spectacle « Dernier Eden ».

La découverte du Butô fut brutale : puissance des images, des sons et des effluves des corps nus sous le maquillage blanc. De cette fascination initiatique naquit une belle fidélité, puisque, depuis lors Laurencine Lot suit dans sa continuité et ses développements toutes les créations chorégraphiques de Carlotta Ikeda : des profondeurs du Butô à l’épanouissement de sa danse insensée.

Au cours de ces années, Laurencine Lot expose ses photographies de théâtre à Paris, Bruxelles, Rennes, Moscou, Los Angeles... En 2005, Laurencine Lot publie « Carlotta Ikeda, danse Butô et au-delà » (Ed. Favre) qui inscrit dans nos mémoires vingt-cinq ans de ses spectacles.

« Le travail de Carlotta va au-delà de toutes les conventions, la beauté de son Butô va à tous les extrêmes, puissance et grâce, sublime expression du tragique. J’ai suivi Carlotta pas à pas, toujours prête à me rendre où elle dansait, mes photographies expriment son évolution. Il s’en est suivi confiance et amitié. » Laurencine Lot

 

Carlotta Ikeda - Danseuse et chorégraphe, référence incontournable du Butô

« La vie est là pour que l’on puisse atteindre un état de pureté et de véracité que l’on trouve dans le néant. Ne rien représenter, devenir néant, vous offre la possibilité d’être toutes choses. La vie est un entraînement à la mort, chercher à n’être plus, apprendre comment se fondre dans le rien, tendre vers cette beauté fanée qui précède le néant. Cette ligne constitue un des fondements essentiels de ma danse qui n’est ni une forme, ni une technique particulière, mais plutôt un effacement de soi. Devant le corps, l’esprit s’efface aussi. Et l’être dépasse le soi.» Carlotta Ikeda

« Qu’est-ce qui, chaque jour, me pousse vers la danse ? Quel est ce charme étrange et impénétrable qui agit sur moi ? Je ne sais comment répondre rationnellement à cette question toute simple. Je tire le fil d’Ariadone, et nous nous lançons à corps perdu, danseuses ambiguës et insensées, dépossédées de nos noms, puis nous redescendons à nouveau au sol » Carlotta Ikeda.


Sa vie son oeuvre :
Danseuse chorégraphe, Carlotta Ikeda est la référence féminine incontournable du Butô. Née Sanaé Ikeda, elle choisit dès le début de sa carrière le prénom italien en hommage à la danseuse Carlotta Grisi. Après avoir étudié la danse contemporaine avec des proches de Mary Wigman et Martha Graham à Tokyo, elle découvre le travail de Tatsumi Hijikata, inventeur du Butô.

En 1974, Carlotta Ikeda crée sa compagnie ARIADONE NO KAI (Compagnie ARIADONE), composée exclusivement de femmes. Quatre ans plus tard, Carlotta Ikeda effectue sa première tournée européenne avec Ko MUROBUSHI /Création du DERNIER EDEN au Nouveau Carré Silvia Monfort, Paris. C’est le début de la relation extraordinaire entre Laurencine Lot et Carlotta Ikeda.

 

Carlotta Ikeda sera sur scène dans Medea avec Pascal Quignard Du 7 au 19 février 2012 Théâtre Paris-Villette

 

Infos Pratiques :

dorothy’s gallery / American Center for the Arts
27 rue Keller, 75011 Paris
M°Bastille, Voltaire / parking 106 rue Ledru Rollin / Velib’ en face
du 27 janvier au 26 mars 2012
mer-sam 13h-19h / mar & dim 16h-19h

www.dorothysgallery.com

 

 

Crédit photo : « Zarathoustra », chorégraphie Ko Murobushi, Carré Silvia Monfort, Paris 1982 –Laurencine Lot
«Waiting», chorégraphie Carlotta Ikeda, «Octobre en Normandie», Rouen 1996 -Laurencine Lot

Dernière modification le jeudi, 25 juin 2015 14:55

A propos de nous

Asia-Tik.com est un site d'information quotidien autour de la culture japonaise sous toutes ses formes.

Dernières News

Newsletter

S'inscrire à notre newsletter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts, améliorer le fonctionnement du site et réaliser des statistiques de visites.