French Belarusian Bulgarian Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hindi Indonesian Italian Japanese Korean Norwegian Russian

Témoignage d'Hiroshima

A l'occasion de la sortie de son livre-témoignage en français, Paris, Lille et Bruxelles recevront au mois de novembre, Mme Hashizume auteur japonaise survivante du bombardement atomique d'Hiroshima. Au programme des conférences-témoignages, des projections de Gen d'Hiroshima et de 200 000 fantômes.

 Dome Hiroshima
Le Genbaku Dôme ("Dôme de l'explosion nucléaire")
Symbole conservé de l'explosion nucléaire, ce monument a été classé Patrimoine Historique de l'Humanité par l'UNESCO

 

 

 

 

 Madame Hashizume Fumiko



Madame Hashizume Fumiko, Hashizume Bun de son nom de plume est née à Hiroshima en 1931. A quatorze ans, elle se trouvait à moins d’un kilomètre et demi de l’hypocentre de l’explosion, le 6 août 1945, à 8h15. Gravement blessée, elle a survécu quasi miraculeusement non seulement à ses blessures mais aussi à la famine et aux maladies qui s’ensuivirent. Durant plusieurs décennies, comme la plupart des hibakusha (terme japonais désignant les survivants des deux bombardements atomiques.), elle ne parvenait pas à évoquer le sujet, se refusant à se remémorer les événements. Elle est finalement parvenu à décrire dans un livre l’horreur et les conditions extrêmes de la survie après le bombardement.

A 76 ans elle engage désormais toute son énergie pour aller témoigner à travers le monde du drame humain qu’elle et les siens ont vécu. Elle a notamment fait de nombreuses conférences en Europe, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon. Son seul souhait étant d’aider à prévenir qu’un tel drame ne se reproduise.
  
L’auteur, avant tout poète, est membre de la société des poètes japonais et du PENClub Japon. Elle a écrit plusieurs recueils de poèmes et divers essais avant de se lancer dans la rédaction de ses mémoires. Ses essais ont déjà été traduits en plusieurs langues mais son principal ouvrage traitant du bombardement, ses mémoires, n’avait encore jamais été traduit en langue occidentale. La rédaction de ce témoignage où elle décrit comment elle et les siens ont chacun vécu ce drame dit-elle « n’était rien d’autre que de revivre une seconde fois les événements ». Dans l’écriture simple et naturelle de madame Hashizume, ce qui frappe le plus c’est la lucidité, le calme et l’altruisme qui s’en dégage, contrastant terriblement avec l’horreur extrême et le caractère complètement inconcevable de la situation dans laquelle les survivants se trouvaient. Sa nature et les rencontres qu’elle fait la poussent à un véritable optimisme philanthropique mêlé d’un sentiment de révolte sereine contre cette arme aveugle.

Mme Hashizume Bun en 1949
 Madame Hashizume Bun, quelques années après le bombardement d'Hiroshima (1949),
à l'intérieur du Genbaku Dôme, avant que son accès devienne interdit au public.



Présentation du livre:  "Le jour où le soleil est tombé… J'avais quatorze ans à Hiroshima"

Assise là, je regardais la ville.
« Mais qu'a-t-il bien pu se passer ?... »
La ville qui était encore là ce matin avait disparue. Aussi loin que je pouvais voir,tout avait été rasé.
« Est-ce vraiment la réalité ? »
J’ai regardé autour de moi ; il y avait, couchés sur le sol, des êtres humains transformés en masses noires, des gens brûlés sur tout
le corps aux plaies qui suintaient, d'autres dont on ne pouvait distinguer s'ils étaient de face ou de dos ou
encore des gens dont on ne pouvait dire ni l'âge ni le sexe.
Tous, ceux qui erraient et ceux qui étaient couchés à même le sol, avaient l'air de revenants. Ils ressemblaient à des tas de haillons,
des paquets de chiffons, silencieux et solitaires.
« Ce ne sont pas des êtres humains. Je suis forcément en train de faire un cauchemar. »
                                                        
                                                                             (Le jour où le soleil est tombé…,
                                                                                                     Editions du Cénacle de France)
 
 Le jour où le soleil est tombé… J'avais quatorze ans à Hiroshima
Date de parution : 5 novembre 2007
Editeur : Editions du Cénacle de France
ISBN : 2-916537-01-5
PRIX : 23,5 euros


PROGRAMME:
Trois conférences sont organisées :

Paris: Le mardi 20 novembre Université Dauphine / INALCO ,
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, à partir de 13H45.
Conférence environ 1h00 + 30mn de questions-réponses avec le public.
Ouvert à tous, sans réservation ; Gratuit.

Bruxelles: Le samedi 24 novembre, à la librairie Filigranes,
Avenue des Arts, à partir de 16H00.
Conférence environ 1h00 + 30mn de questionsréponsesavec le public.
Ouvert à tous, sans réservation ; Gratuit.

Lille: Le mardi 27 novembre, à la Maison de l’Education Permanente
Place Georges Lyon, à partir de 19h30.
Conférence environ 1h00 + 30mn de questions-réponses avec le public.
Ouvert à tous, sans réservation ; Gratuit.

Un interprète se chargera de faire la traduction (japonais-français) des conférences de madame Hashizume et des questions-réponses qui suivent.


 
Projections :
Dans le cadre de cet événement et pour sensibiliser le public, des projections de films seront organisées à Lille les 12 et 15 novembre. En partenariat avec l’Hybride et les Rencontres Audiovisuelles deux projections de « Gen d’Hiroshima » long-métrage d’animation seront organisées le lundi 12 novembre et le jeudi 15 novembre. En première partie, un court métrage français intitulé « 200 000 fantômes » consacré au Dôme d’Hiroshima sera également projeté.

- Gen d’Hiroshima – 83 minutes – (distributeur : KAZE)
« Dans le Japon en guerre, le jeune Gen Nakaoka et sa famille survivent, tant bien que mal, entre la faim et les persécutions dues au pacifisme militant du père, dans une ville curieusement épargnée par les bombardements, jusqu'au matin du 6 août 1945, lorsque l'enfer nucléaire se déchaîne soudain sur Hiroshima... » (Source : KAZE)

- 200 000 fantômes – 83 minutes – (distributeur : Heure Exquise)
Retrace à travers un grand nombre de clichés l’histoire du « Genbaku Dôme » de 1914 à 2006. (site de l’auteur : http://jgperiot.free.fr )
Les 12 et 15 novembre, à partir de 19H30 à l’Hybride, 18 rue Gosselet à Lille (tél. : 03 20 88 24 66). Sans réservation ; Entrée : 4 euros, (comprenant l'entrée ainsi qu’un abonnement de 3 mois à l'Hybride. Détails abonnement, cf. www.lhybride.org )


Renseignements sur le site de l'association Japon et Culture : www.japon-culture.com
Dernière modification le jeudi, 27 août 2015 22:00

A propos de nous

Asia-Tik.com est un site d'information quotidien autour de la culture japonaise sous toutes ses formes.

Dernières News

Newsletter

S'inscrire à notre newsletter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts, améliorer le fonctionnement du site et réaliser des statistiques de visites.